lundi 14 novembre 2016

FESTIVAL ARTS A LA POINTE, juillet et Aout 2016 , ENSEMBLE











J’ai toujours travaillé autour de l’Homme, sur sa manière d’être dans le monde et d’être avec les autres. Cette notion de perte d’identité,de non-identité et de déshumanisation d’un peuple est au centre de mon travail depuis mes études aux Beaux Arts. C’est pourquoi le thème ensemble entre en résonance avec mes recherches. Pouvons-nous vraiment l’être ? Les exodes actuelles nous prouvent que cette question reste difficile, la peur de l’autre reste un sujet récurrent dans l’histoire de l’humanité. Le nombre de murs construit, le contrôle des frontières, toutes ses barrières qui empêchent «l’autre» nous questionnent sur notre devenir.
Liberté 302 est un travail commencé en 2014 sur les naufrages en méditerranée et qui tend à redonner une place aux morts anonymes sous formes d’un mémorial, tout en interpellant le regardeur sur sa position face à ces drames. Ce mémorial n’est  pas figé et évolue au rythme macabre des naufrages. Les dates s’échappent de la barque et progressent sur le sol et les murs.
De même Uitate-La-Mine / Je te vois est le résultat de rencontres avec la communauté roms vivant sur des terrains près de chez moi. Je suis restée un moment à passer devant sans les voir ou plutôt  à tenter de ne pas les voir mais leurs conditions de vie, de survie, au pas de ma porte m’ont tant bouleversée que je suis allée les rencontrer. Par le biais de la photographie d’abord puis en faisant des ateliers avec les enfants. L’installation se compose de portraits d’enfants et d’une famille roms. Devant ces photographies, un mur composé de «poupées» de chiffon masque la vue des photos. Ce mur est le résultat d’un travail participatif, le visiteur est invité à confectionner et à accrocher les poupées. Des mots tirés du livre de Michel Agier, campements urbains, accompagnent l’installation.
J’essaye de tisser des liens et de provoquer les rencontres. Mon travail se nourri de ces échanges, et tend à témoigner et questionner le spectateur sur notre humanité.

Aucun commentaire: