jeudi 27 septembre 2007

Abbaye de Nottonville, septembre 2007

ENVELOPPES, 2007.
Grillage, laines, foin, coquilles d’œufs, terre, cartons….

Cette installation est composée de sept volumes suspendus, fabriqués avec différents matériaux récupérés ou ramassés, pauvres, naturels, des rebuts, voir des déchets.
L’idée est de recréer des enveloppes, des « peaux », on pense aussi à des cocons par les formes évoquées. Les matières utilisées sont parfois organiques, ce sont d’anciennes enveloppes comme la laine de mouton ou les coquille d’œufs.

Mouvement dans l’air et immobilité, vie et mort, préservation et destruction, intérieur et extérieur, peau et chair. Recherche incessante sur la frontière, sur la limite entre deux états opposés, travail sur le volume et la surface. Le travail à partir de l’enveloppe, forme ovoïde du cocon, dilatation spatiale du temps de l’œuvre : le volume renvoie au vivant, à la vie, à la chose en devenir et que la surface renvoie à ce qui est figé, à ce qui est mort...

Ici l’artiste recompose avec des matières décomposées, recycle, évoque la fragilité et la vulnérabilité de notre monde.
Tout n'est que passage quel que soit le désir de fixer l'éphémère.

COCON, Juillet 2007 (photographie)
Tressage de branches de bois morts partant d’un arbre. Conçu à Rusava, République tchèque.

Le cocon, enveloppe protectrice et confortable indispensable à un certain stade de développement de l’être.













Aucun commentaire: